Faim pour la foi: Plus de 400 morts dans une forêt kenyane, le leader sectaire Paul Mackenzie inculpé

Publié le 17/01/2024
Soubha Info

  •  Le chef d’une secte kenyane et 94 autres personnes font face à des accusations de suicide de masse et de terrorisme
  • Le chef d'une secte kenyane, Paul Mackenzie, et 94 autres personnes font face à des accusations liées à une secte meurtrière.
  • Mackenzie est accusé d'avoir mené un suicide collectif dans une forêt isolée, faisant plus de 400 morts.
  • Les victimes, dont des enfants, sont mortes de faim, de traumatismes contondants, d'étranglement et d'étouffement.
  • Les suspects seront également accusés de terrorisme et de violation du droit d'un enfant à l'éducation.
  • Le Kenya est aux prises avec le problème des églises et des sectes non réglementées impliquées dans des activités criminelles.
  • Mackenzie purge actuellement une peine de prison pour avoir exploité un studio de cinéma sans licence.
  • L'épouse de Mackenzie fait également partie des suspects.
  • Les noms des accusés n'ont pas encore été dévoilés.


Les procureurs kenyans envisagent d'inculper un chef présumé de secte, Paul Nthenge Mackenzie, et 95 autres suspects de meurtre et de terrorisme, suite à la mort de plus de 400 partisans de Mackenzie. Mackenzie est accusé d'avoir incité ses partisans à mourir de faim pour « rencontrer Jésus ». Les corps ont été découverts dans une forêt proche de la côte de l'océan Indien.

Les autopsies ont révélé que la plupart des victimes sont mortes de faim, tandis que d'autres ont été étranglées, battues ou étouffées. Mackenzie et ses coaccusés feront face à des accusations de meurtre, d'homicide involontaire, de terrorisme et de torture sur un enfant. Le tribunal a donné aux autorités 14 jours pour poursuivre Mackenzie ou le libérer.

Le Kenya a eu du mal à réglementer les églises et les cultes sans scrupules impliqués dans des activités criminelles.