Ram Janmabhoomi Mandir: Un monument de foi ou un acte de division politique?

Publié le 20/01/2024
Soubha Info


Le Premier ministre indien Narendra Modi inaugure le lundi 22 janvier 2024 un temple hindou sur le site religieux le plus controversé d'Inde, le Ram Janmabhoomi Mandir à Ayodhya. Ce temple remplit ainsi une promesse vieille de plusieurs décennies de son parti nationaliste hindou au pouvoir, la Bharatiya Janata Party (BJP).

Le 6 décembre 1992, Seema Chishti, rédacteur en chef de The Wire, effectuait un reportage à Ayodhya le jour où les extrémistes hindous ont démoli la mosquée Babri, déclenchant des émeutes qui ont fait quelque 2 000 morts.

Le temple, construit sur un vaste terrain de 70 acres, est un monument de trois étages en marbre, sable et bois de teak, avec 44 portes et 392 colonnes intricément sculptées. L'inauguration du temple est controversée, car elle se déroule sur les ruines d'une mosquée du XVIe siècle.

Cette inauguration marque la culmination d'un projet de longue date soutenu par le Premier ministre Modi, qui a été critiqué pour être plus un ploy politique que religieux. Certains dirigeants hindous s'opposent à l'inauguration du temple, arguant qu'il reste inachevé et donc violateur des écritures hindoues.

Malgré ces controverses, l'inauguration du temple est considérée comme un symbole de la montée du nationalisme hindou en Inde et des divisions religieuses profondes du pays.