Ramadan sous les bombes : l'urgence d'un cessez-le-feu au Soudan et à Gaza

Publié le 08/03/2024
Soubha Info


Le Ramadan est devenu un élément central des négociations de paix dans deux conflits meurtriers au Moyen-Orient. Alors que les violences se poursuivent au Soudan et à Gaza, il est présenté comme une "date limite officieuse" pour parvenir à des accords de cessez-le-feu.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé à une trêve au Soudan "pour honorer les valeurs du Ramadan". Un responsable qatari s'est dit préoccupé par l'approche du mois sacré sans accord à Gaza, avertissant que la situation atteignait un point critique.

Les musulmans de Gaza subissent des destructions continues pendant cette période sainte, accentuant la pression sur les gouvernements arabes, selon un éditorialiste de Foreign Policy, en raison de l'absence de cessez-le-feu. Les dirigeants israéliens craignent que le Hamas n'utilise le Ramadan pour attiser les tensions et retarder les pourparlers.

Un chef du Hamas a appelé les Palestiniens à transformer le Ramadan en une "confrontation" pour défendre la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, haut lieu de frictions. Ce lieu est régulièrement le théâtre d'affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes, spécialement pendant ce mois sacré.

Des violences ont endeuillé le Ramadan au Moyen-Orient. En Irak, celui de 2006 a été le plus meurtrier de la guerre, avec des attentats jusqu'au dernier jour. En Somalie, celui de 2014 a été marqué par une recrudescence des attaques des islamistes shebabs.

Alors que l'urgence humanitaire s'aggrave au Soudan et à Gaza, la communauté internationale intensifie ses efforts diplomatiques pour obtenir des cessez-le-feu avant le Ramadan. L'objectif est d'épargner aux populations civiles de nouvelles souffrances pendant ce mois sacré et d'ouvrir la voie à des négociations de paix durables.