La filiale afghane du groupe Etat islamique, suspect numéro un des attentats de Moscou

Publié le 23/03/2024
AFP


Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque meurtrière de Moscou vendredi sans autre précision sur ses auteurs, mais sa branche afghane, le groupe Etat islamique au Khorasan (EI-K), est la première suspecte pour les experts du terrorisme mondial.

Le groupe mène la vie dure aux talibans et compte parmi ses membres de nombreux transfuges du mouvement au pouvoir à Kaboul. Il a plusieurs fois démontré sa volonté et sa capacité à frapper à l'extérieur du territoire afghan.

Présentation d'un groupe jihadiste dont la force de frappe ne cesse d'inquiéter.

Les talibans peinaient à prendre leurs marques à Kaboul, reconquise en août 2021, qu'ils étaient déjà frappés par un attentat sanglant, signé par l'EI-K.

Une centaine de civils afghans, 13 soldats américains tués: l'attaque de l'aéroport de Kaboul fut la plus meurtrière contre les forces du Pentagone depuis 2011 en Afghanistan et l'attentat le plus sanglant contre les Etats-Unis jamais signé par l'EI.

Les Etats-Unis ont offert 10 millions de dollars pour toute information permettant "d'identifier ou localiser" le chef de l'EI-K, Sanaullah Ghafari, aussi connu sous le nom de Shahab al-Muhajir.

Né en 1994, "Ghafari est chargé d'approuver toutes les opérations de l'EI-K (...) et de trouver les financements pour perpétrer ces opérations", estime le département d'Etat, qui l'avait inscrit dès novembre 2021 sur la liste noire américaine des "terroristes" étrangers.

Selon Hans-Jakob Schindler, directeur de l'ONG Counter Extremism project (CEP) et ancien expert des Nations unies sur le terrorisme, l'EI-K a été créé en Afghanistan par des émissaires de l'EI venus d'Irak et de Syrie.

"Ils ont des liens très étroits avec la centrale, bien plus que les autres filiales" du groupe dans le monde, assure-t-il à l'AFP, et obtiennent les fonds dont ils ont besoin.

"L'EI-K s'est imposé comme la branche de l'EI la plus tournée vers l'international. Il a produit de la propagande dans plus de langues que n'importe quelle autre filiale depuis l'apogée du califat (autoproclamé) en Irak en Syrie", ajoute Lucas Webber, cofondateur du site spécialisé Militant Wire.

"Cette vision internationale inclut une campagne ambitieuse et agressive pour renforcer ses capacités opérationnelles extérieures et frapper ses différents ennemis à l'étranger".

L'EI-K est depuis longtemps dans le viseur des polices et services de renseignement occidentaux mais aussi russes.

Les autorités allemandes ont ainsi arrêté mardi dernier deux jihadistes afghans présumés, soupçonnés d'avoir préparé un attentat près du parlement suédois, dans un contexte de menace terroriste élevée dans le pays scandinave après les autodafés de Coran.

L'un d'eux aurait rejoint l'EI-K depuis l'Allemagne.

Mais plusieurs réseaux avaient été démantelés auparavant en Europe, notamment un premier réseau russo-tadjik en Allemagne en 2020. D'autres avaient subi le même sort en 2022 et 2023.

Le 7 mars dernier, les autorités russes avaient affirmé avoir tué des membres présumés de l'EI-K lors d'une opération dans la région de Kalouga, au sud-ouest de Moscou, les accusant d'avoir préparé un attentat contre une synagogue de la capitale.

Le Kazakhstan a confirmé la mort de deux de ses citoyens dans l'opération.

La Russie est devenue une cible privilégiée de l'EI-K, qui l'a notamment critiquée pour son invasion de l'Ukraine et ses interventions militaires en Afrique et en Syrie, explique Lucas Webber.

Il rappelle l'attentat-suicide contre l'ambassade de Russie en Afghanistan en 2022 et souligne que le groupe "travaille à son expansion à travers l'Asie centrale et la Russie", avec même "un média en langue russe pour renforcer ses soutiens et inciter à la violence dans le pays".

Hans-Jakob Schindler souligne pour sa part que Moscou, préoccupée par sa guerre en Ukraine, est une cible de choix. "C'est un gros symbole", estime-t-il, notant qu'une attaque telle que celle perpétrée vendredi n'est ni très chère, ni très complexe à organiser.

"Difficile de surestimer l'importance de l'attaque de Moscou pour l'EI et ce qu'elle signifie pour son évolution", écrit sur X (ex-Twitter) Tore Hamming, du Centre international pour l'étude de la radicalisation (ICSR).

L'EI "travaille depuis 2019 pour rétablir une unité institutionnelle en charge des opérations extérieures. D'abord en Turquie puis en Afghanistan avec des acteurs venus d'Asie centrale", ajoute-t-il.

"Il semble qu'ils y parviennent. Avec l'Afghanistan et l'Asie centrale comme plateforme pour frapper la Russie et l'Asie et la Turquie comme portail vers l'Europe".